Pourquoi choisir le latin aujourd’hui ?

(actualisé le ) par Madame Demolder

1. Le latin forme l’esprit à l’attention, à la précision, à la concision.
Le latin a été l’instrument de communication et de pensée de la civilisation romaine qui avait, au plus haut point, le souci de l’ordre, de l’organisation, du droit.

C’est une langue dite flexionnelle, c’est-à -dire que c’est la fin des mots qui indique leur rôle dans la phrase. Intégrer les formes du latin, c’est bien sûr tirer de l’assurance à sentir que l’on « muscle  » sa mémoire dans le cadre d’un système très rigoureux, mais c’est aussi pratiquer un mode de lecture sélective pour reconnaître au plus vite les indices pertinents dans les phrases.

C’est pourquoi apprendre le latin est une excellente formation de base, tant pour ceux qui révéleront plus tard un profil littéraire que pour ceux qui seront appelés à s’affronter aux langages formels des sciences.

2. Le latin aide à mieux maîtriser la langue française.
Chaque mot français a une épaisseur historique et la grande majorité dérive du latin.

L’étude de l’origine étymologique des mots aide donc à comprendre et à mieux maîtriser les difficultés de l’orthographe française.

à€ un âge où les élèves ont grand besoin d’enrichir et de structurer leur vocabulaire, ils trouvent aussi à travers la lecture des textes latins de multiples occasions d’améliorer leurs compétences linguistiques en français.

Alors que beaucoup d’élèves ont du mal à rédiger des phrases complètes, à les ponctuer correctement, l’apprentissage systématique de l’analyse des phrases latines renforce efficacement leur bagage grammatical.

3. Le latin permet d’approfondir un mode de pensée et une vision du monde, tantôt étranges, tantôt familiers.

La lecture des textes latins, l’étude d’images sont l’occasion de continuer à découvrir les mythes fondateurs, l’histoire romaine, les façons de vivre, avec lesquels les élèves se sont déjà familiarisés à travers leurs cours de Français et d’Histoire de 6e. Ils ont ainsi la possibilité unique d’exercer leur curiosité et leur jugement sur une civilisation qu’ils peuvent appréhender dans son ensemble et dont nous sommes encore les lointains héritiers.